Rituel du Maté

Le rituel du maté, c’est tout simplement un bon moment partagé.

En Amérique du Sud, on boit du maté depuis la nuit des temps, le rituel qui entoure cette boisson a bien évolué au fil des siècles.

Les premiers à en boire était les indiens guaranis qui, lorsqu’ils se réunissaient autour du feu de bois, faisaient chauffer l’eau pour infuser les feuille de cette plante qui poussait dans la jungle. Yerba maté était réservé aux membres les plus importants de la cheap nfl jerseys wholesale tribu, tels que les caciques et les chamans.

Aujourd’hui, on met toujours de l’eau à chauffer mais, le rituel du maté n’est pas une ronde autour d’un feu. C’est tout simplement un moment à n’importe quelle heure de la journée avec quelques matés qui se partagent entre amis, en famille ou même seul.

Boire du maté, c’est une coutume, et comme chaque coutume, il faut un peu de technique, d’art et des rituels particuliers pour profiter de ces bons moments.
Pour ceux qui sont nés dans un pays où l’on consomme le maté, les techniques sont transmises dès tout petit et acquises au fil du temps jusqu’à devenir des experts. Mais il y a toujours des personnes aventureuses qui commencent cette nouvelle expérience et s’approprient peu à peu cette tradition, cela peut être vous! Alors si vous voulez connaître les secrets de ce rituel, prêtez attention!

Le “cebador“, c’est ainsi que l’on appelle la personne qui prend les rênes de la cebada de maté. C’est à dire qu’il sera en charge du choix de la yerba, de la préparation du maté et de l’eau, et vérifie qu’elle n’est pas “lavée”, qui décidera quand il est nécessaire de changer la yerba et remplir à nouveau le thermos.

C’est lui qui met la yerba dans le maté, fait les mouvements nécessaires pour préparer la yerba dans le maté, qui met la bombilla et qui contrôle la température idéale de l’eau. Un rôle le plus important.

Lorsqu’il boit le premier maté, il peut choisir de le boire ou de le recracher car, selon les habitudes, certaines personnes préfèrent recracher le premier maté. Puis, la ronde peut enfin commencer…

Le cebador fait passer le maté en fonction de son intuition (généralement vers la droite), il n’y a pas de règles pour décider par qui on commence. Mais par contre, au moment où les gens se joignent à la ronde, ils doivent attendre leur tour à la fin d’une ronde complète pour qu’on leur offre leur premier maté.

ATTENTION! Une fois le maté bu, il faut toujours le rendre au cebador.

En fin de compte, dans ce rituel si le feu est allumé comme chez les Guaranis, c’est pour chauffer l’eau et la seule fumée qui sort est celle du maté chaud que le cebador nous donne ainsi que les belles discussions
qui se génèrent autour de cette tradition de partage de bons moments autour du maté.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *